Le Kakariki , un oiseau pas particulièrement fragile .

Certains le disent et donc beaucoup le croient , mais la fragilité apparente du Kakariki est surtout liée à la méconnaissance de ses besoins spécifiques et à sa provenance . Tant qu'on voudra considérer notre oiseau comme une perruche quelconque et que les acquéreurs continueront à les acheter majoritairement dans les animaleries/oiselleries plutôt que chez des éleveurs amateurs reconnus , il y a peu de chance que cela s'améliore .
Le Web contribue pour partie à la désinformation sur le Kakariki , il faut avoir le courage de le dire et tant pis si nous ne nous faisons pas que des amis sur la Toile . Nous en sommes les témoins privilégiés pour avoir essuyé , dès la création du forum kakariki.biz , des monceaux de critiques venant des vedettes du Web ornithologique et de ce que nous appelons nous , les ornithologues de comptoir . L'origine même de la création de ce forum fut de combattre les inepties lues et entendues sur l'élevage de notre oiseau . Au jour d'aujourd'hui , le forum kakariki.biz est numéro 1 mondial sur le sujet , cela se passe de commentaire .

S'il existe un sujet grave et qui fait débat , c'est bien celui de la santé et par là même de la longévité du Kakariki . Dire n'importe quoi n'est pas acceptable , c'est tout simplement criminel .

Oui un Kakariki peut mourir jeune et même très jeune , entre 3 et 5 ans . C'est le cas de 80% des oiseaux achetés en animaleries/oiselleries et en provenance des élevages intensifs de France ( là ce sont en majorité de faux élevages amateurs ) et des pays d'Europe du Nord .

Oui un Kakariki peut vivre plus de 10 ans et même jusqu'à 14/15 ans . S'il est élevé depuis sa naissance dans les meilleures conditions qui soient ( et si ses parents l'ont été avant lui ) .
Biensur les maladies touchent tous les oiseaux et nul n'est à l'abris mais la prévention reste la meilleure de toutes les armes . N'oubliez jamais cet adage , valables pour toutes les espèces et pas seulement pour le Kakariki , " Un Oiseau Malade a Déjà une Patte dans sa Tombe " .

On peut aujourd'hui éviter 90% des causes de décès précoces de Kakariki " biens nés " simplement par l'information sur les conditions de vie et son respect stricte , et l'observation qui permet l'anticipation des risques . Même un accident a toujours au moins une cause , et le responsable ce n'est jamais l'oiseau mais invariablement son éleveur .
Fabienne Starzinsky .
 
 .

Crédit Photo : kakariki.biz
 
Espérance de vie, consanguinité et mutations.
 
Le titre résume l'article lui-même . Il s'agit ici d'une étude réalisée par un éleveur amateur spécialisé en Kakariki que beaucoup considère comme une référence internationale .
 
Préambule.

J’ai débuté en juillet 2010 une étude qui avait pour objet principal d’identifier et de quantifier les causes principales de décès chez nos Kakariki.
Je me suis donné les moyens de ce travail en utilisant la fonction « Alertes « du plus important des moteurs de recherche, Google. Une liste de mots clés me permettait ainsi chaque jour de recevoir les articles publiés sur le web francophone et les adresses de ceux-ci. J’ai été amené à m’inscrire à un nombre assez considérable de forums pour pouvoir suivre l’évolution de chaque cas et en préciser le contexte, conditions indispensables d’un travail que je voulais aussi complet que possible.

Dès janvier 2011, il m’est apparu qu’une étude globale des facteurs de décès n’apporterait rien de plus que ce que je savais déjà, c’est-à-dire que les Kakariki meurent pour les même raisons que les autres oiseaux. En revanche les statistiques que j’avais en main, me permettaient d’identifier plusieurs spécificités et de dégager un nouvel axe de recherche, l’espérance de vie liée à des facteurs de consanguinité et à certaines mutations.

J’ai mis fin à cette étude en décembre 2011, elle porte donc sur un délai de 18 mois dont 12 consacrés uniquement au sujet découvert et les 94 cas particuliers qui en découlent. J’ai tenu compte pour ce travail de mon expérience personnel tant au niveau de mon propre élevage que de mes connaissances du milieu ornithologique en général.

 
Début de l’étude (juillet 2010 – décembre 2010)
 
Pour cette période, j’ai pris en considération les décès de Kakariki, quelques soient l’âge , le sexe et la mutation . J’ai réalisé un comparatif avec 3 espèces de becs crochus : Inséparables, Perruche Ondulée et Croupion Rouge.

Il ressort en première analyse, que les causes et le nombre de décès sont sensiblement identiques pour les 4 espèces, de la naissance au 5/6 ème mois de vie et au-delà de 3 ans.

En revanche le taux de décès chez le Kakariki entre le 6 ème mois et le 36 ème mois est 2 fois supérieur à celui des 3 autres espèces.

De plus, j’ai pris en considération 3 périodes ante-mortem qui sont les suivantes : mort subite, décès dans les 5 jours suivants l’apparition des symptômes, décès au-delà d’une période de 5 jours suivants l’apparition des symptômes.

Encore une fois, c’est la période allant de 6 mois à 3 ans qui différencie le Kakariki des autres espèces. Hors cette période pour le Kakariki et y compris cette période pour l’Inséparable, la Perruche Ondulée et le Croupion Rouge, les 3 périodes ante-mortem sont quasi identiques, 20% de morts subites, 50 % de décès dans les 5 jours et 30 % au-delà de 5 jours.

Entre 6 mois et 3 ans, et pour le seul Kakariki, le taux de morts subites est de 40%, celui à 5 jours de 20% et celui au-delà de 5 jours de 40%. Les chiffres parlent d’eux-mêmes et le constat le plus frappant reste le taux anormalement faible de décès dans les 5 jours.

Cette première analyse m’a convaincu de modifier mon objectif de départ et à faire porter mon étude exclusivement sur la période de vie comprise entre 6 et 36 mois, critique semble-t ’il pour le Kakariki.

 
Poursuite de l’étude (janvier 2011 – décembre 2011)
 
Les 94 cas de décès pris en compte couvrent la période juillet 2010 – décembre 2011. Il s’agit uniquement de Kakariki décédés de causes inconnues, âgées de 6 mois à 3 ans dont 1/8 a été vu par un vétérinaire généraliste ou aviaire avant sa mort et 3 sur 94 autopsiés.

Naturellement, les maux de ponte ont été exclus du panel, ce qui permet de dire que mâle et femelle sont à égalité par le nombre de décès.

J’ai pris en considération 4 types de Kakariki , le TS Type Sauvage , le Cinnamon , le Panaché et le " Jaune " ( Lutino , Gold … ) . 10 % des décès ont concerné le TS , 10 % le Cinnamon , 35 % le Panaché et 45 % le " Jaune ".

Ce résultat est édifiant. 20 % du total des décès concernent le groupe TS/Cinnamon contre 80 % pour le groupe Panaché/Jaune. Devons-nous pourtant croire que certaines mutations entraînent une mortalité 4 fois plus importantes que d’autres ? Cela peut paraître vrai à la consultation des chiffres mais cela ne se confirme pas et même s’affirme dans la réalité.

Dans mon propre élevage qui peut compter jusqu’à 90 Kakariki selon les périodes, toutes les mutations sont représentées sans aucune différence de taux de mortalité.
Il faut donc chercher ailleurs une réponse et ce n’est pas avec les lieux ou ces oiseaux ont été acquis que l’on trouvera. En effet 70 % des Kakariki viennent d’animalerie et 30 % de particuliers/éleveurs, ce qui est légèrement différent de la moyenne pour les autres espèces qui est plus proche d’un 80/20 mais qui s’explique par la relative rareté du Kakariki dans les commerces spécialisés.

Ainsi donc, les 2 mutations qui se trouvent être à la mode sont aussi celles dont le taux de mortalité est le plus élevé. Nous savons tous que les mutations donnent des oiseaux de santé physique et mentale bien plus fragile si elles sont issues d’accouplements mutation X mutation sur plusieurs générations ou d’accouplements consanguins et là une seule génération suffit.
Obtenir des oiseaux " jaune " n’est pas très facile, c’est aussi valable pour les Panachés, très panachés, en utilisant la méthode mutation X TS ou Cinnamon .Il est bien plus facile et rentable d’accoupler la même mutation ou de pratiquer des accouplements consanguins, voir hélas les deux à la fois.

Le Kakariki étant un oiseau très prolifique et d’un prix abordable, il est évident que les élevages intensifs qui fournissent en grande partie les commerces spécialisés ne vont pas hésiter à pratiquer les accouplements de mutation et consanguins.
Pour les éleveurs amateurs c’est aussi la facilité et la garantie d’avoir toujours à vendre des oiseaux de belle apparence et au goût du jour. Il ne faut pas oublier non plus que la facilité de reproduction du Kakariki peut aussi engendrer des problèmes de place pour les petits éleveurs, tentés alors de laisser faire la nature dans des volières collectives.

Consanguinité et accouplements de mutations identiques sont responsables de la quasi-totalité des décès durant la période 6/36 mois, c’est pour moi une évidence que confirme également le nombre effarent de morts par mal de ponte chez ce genre de Kakariki alors qu’il est de moins de 5 % pour les oiseaux non soumis à ces deux fléaux.

La consanguinité est sans doute moins dangereuse pour l’avenir de l’espèce car elle engendre les décès les plus précoces et souvent la stérilité. L’accouplement de mutations identiques est plus insidieux car les décès interviennent plus tardivement et l’oiseau a souvent déjà reproduit.

De fait, et chacun peut le constater, l’espérance de vie de beaucoup de Kakariki ne dépasse guère 3 à 5 ans lorsqu’il est soumis à la consanguinité, l’accouplement de mutations et pire encore les deux réunis. Lorsque c’est deux fléaux sont évités, beaucoup de Kakariki dépassent allègrement leurs dix ans et dans une forme éblouissante qui plus est.

Beaucoup de particuliers hésitent aujourd’hui à acquérir un Kakariki, même si tous vous dirons qu’ils trouvent cet oiseau génial et qu’ils en rêvent. Le Kakariki paie sa mauvaise réputation d’oiseau fragile à la courte espérance de vie, deux qualificatifs qui ne lui correspondent pas du tout et qu’il est loin de mériter. Un Kakariki peut et doit vivre aussi longtemps qu’un chien, à la condition que l’homme arrête de se prendre pour dieu en faisant n’importe quoi avec les espèces vivantes.
 
J.Starzinsky .
 
Crédit Photo : kakariki.biz .

 







 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site